Internet, le printemps arabe, et les relations à la politique…

ANALYSE DE TEXTE – CMN5550 / GESTION DES CONNAISSANCES – HIVER 2017, UNIVERSITE D’OTTAWA


http://www.zigzag-francophonie.eu/La-cyberdemocratie-en-question

http://www.archipress.org/reda/?page_id=507

Cyber-democracy: my global political program!

http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2015/07/israel-middle-east-internet-revolution-democracy-youth.html

http://www.lapresse.ca/international/dossiers/crise-dans-le-monde-arabe/201106/16/01-4409773-printemps-arabe-internet-a-permis-aux-jeunes-de-faire-entendre-leur-voix.php

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/les-reseaux-sociaux-nerfs-de-la-guerre-du-printemps-arabe-14-06-2013-2896037.php

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/les-reseaux-sociaux-nerfs-de-la-guerre-du-printemps-arabe-14-06-2013-2896037.php


warnetwork.jpg

Internet, et les réseaux sociaux en particulier, ont souvent été considérés comme les “accélérateurs” du printemps arabe…

Il faut d’abor définir ce qu’est le “printemps arabe” : le  Printemps arabe  est un ensemble d’évènements populaires d’ampleur variable ayant touché de nombreux pays du monde arabe à partir de décembre 2010. L’expression de Printemps arabe  fait référence au  Printemps des peuples de 1848. Ces mouvements révolutionnaires nationaux sont aussi qualifiés de révolutions arabes, de révoltes arabes ou encore de réveil arabe.

Le 17 Décembre 2010, Mohamed Bouazizi un vendeur ambulant tunisien  de fruits et légumes se voit confisqué sa marchandise par les autorités tunisiennes car il ne disposait pas d’autorisation officielle de vendre des fruits et légumes. Mohamed tente alors de récupérer sa marchandise auprès de la municipalité de Ben Arous qui refuse et le chasse. Seul revenu d’une famille de sept enfants et complètement désespéré Mohamed Bouazizi décide de s’immoler par le feu. Gravement brûlé il décédera le 4 Janvier 2011 et sera le point de départ d’une vague de révolutions sans précédent dans le monde arabe.

Le point de départ étant la Tunisie, les contestations se sont étendues en Egypte, en Libye en Syrie au Maroc, en Algerie, au Yemen ainsi qu’en Arabie Saoudite. Cependant il serait irrésponsable de dire que les contestations ont eu la même ampleur dans tous ces pays

5m2ww-06_04_Infographie_Printemps_arabe_930_620_scalewidth_630.jpg

La question du rôle des médias sociaux dans le « printemps arabe » a été souvent évoquée, certains parlant de « révolution Facebook » ou « révolution Twitter » mais d’autres, au contraire, ont expliqué qu’Internet n’avait joué aucun rôle.Il semble que les rapports entre médias sociaux et changement politique doivent se pencher plus sur les cas de l’Égypte et de la Tunisie pour mieux comprendre.

En Egypte, un groupe Facebook « Nous sommes tous des Khaled Saïd » avait été mis sur pied en hommage à un jeune homme d’Alexandrie tué par la police en juin 2010.La mort de Khaled Saïd a étéla goutte d’eau qui a fait déborder le vase, des milliers d’Egyptiens ne pouvant plus supporter la dictature, les assassinats, les emprisonnements arbitraires etc… Ce groupe a servi de “base” pour organiser des manifestation uniques en leur genre en Egypte. En Egypte, Facebook avec ses 5 millions d’utilisateurs (13 millions aujourd’hui) a encore eu une influence considérable, à l’inverse de Twitter (200.000 abonnés).

Les médias sociaux ont joué un rôle important dans le soulèvement tunisien, mais pour des raisons différentes du cas égyptien. Le rôle d’internet a été crucial dans la chute du régime de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011. Ben Ali avait facilité l’accès des tunisiens à l’ordinateur parce que sa famille possédait les sociétés fournisseurs d’accès (FAI). Ça s’est retourné contre lui !

En Syrie, malgré le peu de blogueurs et toute la logistique à mettre en place pour ne pas trop se dévoiler, l’influence du net est une évidence. Internet a permis de diffuser des images, de montrer ce que fait le gouvernement.

internet-revolution-001

Les réseaux sociaux ont joué un rôle important, car l’espace de communication politique et social est inexistant dans la plupart des pays arabes en raison de la répression. Ils ont permis aux jeunes d’exprimer leurs voix.

L’aspect négatif d’Internet et des médias sociaux est que les mouvements radicaux religieux fondamentalistes, qui sont liés au recrutement de masse, utilisent désormais les mêmes canaux pour du lavage de cerveau et pour l’engagement de terrosites !

FACEBOOK

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s