Les communautés de pratique

ANALYSE DE LIVRE & PRESENTATION ORALE – CMN5550 / GESTION DES CONNAISSANCES – HIVER 2017, UNIVERSITE D’OTTAWA


LogoPowerpoint_thumb Digital Habitats_FV_CMN5550_hiver2017


1

Qui est WENGER ?

Etienne Charles Wenger est né en Suisse en 1952 et a fait des études en Computer Sciences à Genève puis à l’Université de Californie, il vit en Californie.

Il a mis au point le concept des Communautés de Pratique, en travaillant en étroite collaboration avec des anthropologues.

Il travaille également sur l’intelligence artificielle.

3

 http://wenger-trayner.com/

 Définition des Communautés de Pratique (CP), selon Wenger

Groupe de personnes qui travaillent ensemble au travers de plateformes et qui sont conduites à inventer constamment des solutions locales aux problèmes rencontrés dans leur pratique professionnelle; au fur et à mesure que ces personnes partagent leurs connaissance et leur expertise, elles apprennent ensemble.

Définition des Habitats Numériques

Les membres d’une CP échangent dans des espaces, non pas physiques (comme une salle de réunion avec tableau etc…) mais virtuels ou numériques, qui sont en plus, participatifs, collaboratifs.


Le développement par la base communautaire (crowdsourcing) apparaît comme un facteur qui assurerait la pérennité et la pertinence des habitats numériques (Turner et al., 2009). Ce concept de codéveloppement est un des fondements du bénévolat et de la bienfaisance, du coopératisme et de la coconstruction de corpus de connaissances. (Mercier, 2010)


Les habitats numériques aident à comprendre comment

  • Les CP utilisent la technologie
  • La technologie présente un apport pour la CP
  • Les CP évaluent la valeur des différents outils de manière transversale au cours du temps

Utilisateurs

4

 

COMMUNAUTES DE PRATIQUE – THEORIE

 Communautés où la composante apprentissage est essentielle, pas de manière scolaire mais au travers de l’expérience, du partage de connaissances.

Lorsque des personnes ont une expérience en commun, que ce soit professionnel ou personnel (une passion, une pathologie,…), ils partagent leur expérience et leurs connaissance grâce à des outils technologiques.

  • Apprendre de et avec chacun
  • Apprendre au travers d’activités formelles et informelles

= échanger de pair-à-pair avec des niveaux différents de connaissances et avec un engagement participative

 Ces CP impliquent 3 dimensions essentielles :

  • Engagement mutuel : tous les membres de la communauté respectent l’engagement, se font confiance et ont pour but l’utilisation des compétences et de la complémentarité de chacun et le partage des connaissances;
  • Entreprise commune : faire interagir les membres pour atteindre l’objectif commun et le faire évoluer en fonction de nouveaux enjeux;
  • Répertoire partagé : partage de ressources permettant aux membres de communiquer (mots, outils, procédures, dossiers,…)

TECHNOLOGIE ET CP : APERÇU HISTORIQUE

L’interaction technologie – CP a toujours existé et n’a fait qu’exploser exponentiellement ces dernières années mais le courrier postal ou le téléphone étaient déjà des prémices, puis nous sommes passés progressivement à Internet (1994), au développement des pages “Wiki”, aux communautés “open source”.

Evolution logique et parallèle à l’évolution de la technologie.

GESTION DE LA TECHNOLOGIE (TECHN STEWARDSHIP), UNE PRATIQUE EMERGENTE

5

 L’émergence de la convergence de la technologie et des CP crée une nouvelle fonction appelée “gestionnaire de la technologie”, qui implique de nouvelles pratiques et une nouvelle identité : des leaders, des personnes et groupes d’influence vont se distinguer, qui vont permettre l’évolution, la dissémination et l’adaptation du modèle en question.

La gestion de la technologie peut être considéré comme un sport d’équipe :

  • Partage du travail et de la compréhension
  • Connection avec d’autres gestionnaires pour le partage d’idées, l’innovation, l’aide,…

Flux d’activité : ils fonctionnent en parallèle et interagissent les uns avec les autres

  1. Compréhension de la CP : le GT doit comprendre sa CP et son évolution pour répondre à ses besoins
  2. Conscience de la technologie : le GT doit connaître suffisamment les développements technologiques pour savoir ce qui est disponible et possible pour sa CP
  3. Sélection et installation : le GT doit combiner connaissance de sa CP et conscience technique pour aider sa CP à faire les bons choix techniques
  4. Adaptation et transition : après avoir sélectionné et installé les outils, le GT doit pouvoir aider sa CP à adopter (ou rejeter !) la nouvelle technologie
  5. Usage quotidien : le GT doit aider à intégrer l’usage de la nouvelle technologie dans le quotidien

 Rôle du gestionnaire de technologie :

  1. Technique et pratique : le GT ne doit pas seulement être un expert technique mais il doit aussi comprendre les valeurs de sa CP
  2. Courtier : le GT doit être un intermédiaire entre sa CP et les différentes ressources (IT, communauté open-source,…)
  3. Temps partiel / volontaire / rémunéré : tout dépend de la CP
  4. Visibilité occasionnelle : lors de problèmes ou de changement de technologie, le GT sera ‘visible’

 Pourquoi adopter le rôle de gestionnaire de technologie ?

Si personne d’autre ne veut le faire…

Par satisfaction de servir une CP

Pour l’opportunité de supervision

Pour apprendre et grandir

Pour construire sa réputation

 La gestion de la technologie dans diverses circonstances :

Le rôle dépend de la CP (taille, étapes du développement, diversité, niveau de support, âge des membres,…) et des circonstances et engendre des défis !

 La gestion au sein d’une organisation : il existe des ressources mais aussi des contraintes

  • Contrôle des ressources : le département IT va installer des firewalls, des protocoles de sécurité,… et cela coûte cher; cela va nécessiter des négociations pour partager les ressources
  • Réglages standards : le département IT va installer les réglages “par défaut”, ce qui ne convient sans doute pas à la CP
  • Interaction entre organisation et CP : prévoir de rapporter régulièrement ce que fait la CP à l’organisation

La gestion dans un cadre organisationnel : les membres de la CP peuvent appartenir à diverses organisations, il existe alors diverses ressources mais aussi plus de contraintes

Gestion en-dehors d’une organisation

Gestion au-travers de différentes CP

 COMMUNAUTES DE PRATIQUE – ALPHABETISATION

 CONSTRUIRE LES HABITATS NUMERIQUES : L’EXPERIENCE COMMUNAUTAIRE DANS LA CONFIGURATION TECHNOLOGIQUE

 Les habitats numériques sont donc une communauté dynamique d’échange et comportent 4 perspectives selon lesquelles la technologie peut s’exprimer : les outils, les plateformes, la configuration et les fonctionnalités.

Outils : partie de technologie qui soutient une activité de la CP

Ex : enregistrer une conversation téléphonique pour l’utiliser plus tard

 6
Plateforme : colis technologique qui intègre différents outils pour un but défini  7
Fonctionnalités : caractéristique qui rend un outil ou une plateforme utilisable / conviviale pour un but précis (avoir les bons outils ou la bonne plateforme n’est pas suffisant, il faut que ce soit fonctionnel, que ce soit adapté à la CP)  8
Configuration : ensemble global de technologies qui servent de terrain aux habitats numériques, cela implique différentes plateformes et inclut les technologies relevantes  9

Intégration de l’habitat numérique :

Les outils peuvent être intégrés par les membres de la CP selon ces 4 perspectives, dépendant de la manière dont la CP va expérimenter les outils au sein d’un habitat cohérent

intégration au sein de toute la pratique

 DONNER DU SENS AU PAYSAGE TECHNOLOGIQUE

 Pourquoi les CP vont-elles adopter ou intégrer une technologie ? Les clés, les incitants peuvent se subdiviser en 3 polarités :

  1. Le rythme : unité et séparation, donc le contraintes de temps et d’espace;
  2. Les interactions : la participation (des membres) et la transformation (des outils par les utilisateurs)
  3. Les identités : individuelles et de groupe, les CP n’impliquent pas de devenir tous homogènes, tous des moutons !

10

Les CP restent une réflexion dynamique, surtout quand la CP veut changer de technologie.

11

ORIENTATIONS DE LA CP : ACTIVITÉS ET OUTILS

 Les CP ont différents styles et cette diversité peut être catégorisée en 9 orientations différentes; sachant que certaines CP se rencontrent souvent, d’autres ne se connectent que en ligne, d’autres encore collaborent, etc…

 Les 9 orientations ne sont pas mutuellement exclusive, peuvent évoluer au cours du temps et permettent de réguler un cadre pour amener la technologie dans la perspective de la vie de la CP; cela permet aussi de penser aux besoins futurs de la CP.

  • Meetings (part essentielle de l’ADN des CP)
  • Conversations ouvertes
  • Projets (souvent en sous-groupes)
  • Contenu (créer, partager, donner accès,…)
  • Expertise (donner accès)
  • Relation (= réseau)
  • Participation individuelle (apprendre de chacun est un expérience individuelle)
  • Culture de la CP (gouvernance démocratique)
  • Service contextuel (mission publique,…)

 

COMMUNAUTES DE PRATIQUE – ASPECT PRATIQUE

 EVALUER LE CONTEXTE DE LA CP

 Etat d’esprit de la CP vis-à-vis du changement technologique – facteurs

 Etapes du développement de la CP : à quelle étape de son cycle de vie se situe-t-elle ? Quels sont ses besoins ? une nouvelle CP aura, par ex, une orientation moins claire…

  1. Diversité et complexité de la CP : diversité des membres, complexité de par l’éclatement géographique,…
  2. Expérience de la CP dans l’usage des technologies : dépend de l’accessibilité, des compétences, des préférences,…
  3. Attitude(s) de la CP par rapport à la technologie : quel niveau d’innovation va encourager ou décourager la CP ? A quels changements est-elle prête ?

Relation de la CP et de son environnement

 La responsabilité de la CP a des implications technologiques directes, internes et externes.

  1. Rapports organisationnels : la CP est-elle redevable à une organisation ? quels sont leurs rapports quotidiens ?
  2. Rapports avec un département IT : la CP peut avoir un contrat de service ou dépendre d’un département IT d’une organisation; ce rapport définit les ressources et les contraintes.
  3. Connections externes : différentes CP sont connectées à divers niveaux avec le monde extérieur et avec des accès ± privés; entre en jeu la propriété intellectuelle.
  4. Multi-membres : certains membres appartiennent à plusieurs CP, comment gérer l’interconnection et les outils, communs ou non ?
  5. Sécurité : sécuriser le membre ET les informations partagées

 Mise au point des “momentums”

 Tout changement de technologie représentée une avancée et une création de visibilité pour la CP

  1. Planning de la CP : dépend de la complexité et de l’amplitude du changement technologique
  2. Planning externe : interconnection avec le ou les organisation(s) qui sponsorisent la CP et autres facteurs externes + facteur budgétaire

 Considération budgétaire et en matière de ressources

 Tout investissement technologique doit être réaliste du point de vue financier et du point de vue de l’accessibilité aux ressources.

  1. Cadre du projet : définition, éventail, taille, budget
  2. Contributeurs, décideurs, stakeholders (parties prenantes) : sponsors, organisation hôte, donateurs = qui sont-ils ? combien investissent-ils ?
  3. Ressources techniques et expertise : quel est le savoir-faire technique que la CP possède ? quelle expertise externe est disponible ?
  4. Disponibilité du GT ?

 Considérations sur l’infrastructure technologique

 Accès en ligne et cadre technique individuel : les membres sont supposés être “connectés” !, au moins à Internet mais au mieux avec un smartphone et si possible sur différentes plateformes;

  1. Hébergement : différentes solutions :
    • Fournisseur d’accès qui propose un logiciel et un serveur d’hébergement
    • Hébergement personnel → un membre de la CP doit posséder les connaissances pour faire l’installation et le support
    • Travailler avec des commerciaux qui fournissent le logiciel
    • Programmation
  2. Ressources IT internes et exigence système : si la CP existe au sein d’une organisation ou est sponsorisée par une organisation, elle peut bénéficier des services d’un département IT et donc de son expertise.

STRATEGIES D’ACQUISITION DE LA TECHNOLOGIE

12

Les stratégies dépendront de chaque CP selon :

  • Le budget
  • Le confort de la CP par rapport à la technologie
  • La disponibilité des ressources

 Il existe 7 stratégies qui ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients et qui impliquent chacune des échange avec différents acteurs; elles peuvent être utilisées séparément ou combinées de diverses manières.

 strat.jpg

 Recommandations :

  • Démarrer avec la stratégie la plus simple et la moins chère
  • Apprendre des autres CP et des GT
  • Developper un plan test
  • Dès le développement du 1er plan, garder un oeil ouvert sur la 2ème étape

 LA GESTION DE LA TECHNOLOGIE AU QUOTIDIEN

 Quelles sont les activités pratiques et les responsabilités concrètes du GT ? Il ne gère pas uniquement la configuration mais va également s’assurer de rendre l’habitat productif.

 Garder la vision du succès de la CP supérieure à l’implémentation technique

  1. Garder la technologie la plus simple possible
  2. Laisser la configuration de la technologie évoluer en même temps que la CP évolue
  3. Utiliser les connaissances autour de soi
  4. Sauvegarder les donnée, les connaissances et les informations des membres

13

Gestion en avant-plan et en second plan

La visibilité de la CP doit venir en avant-plan, tandis que la technologie viendra en second plan.  14

 Avant-plan :

  • Implémentation et déploiement de la plateforme de la CP (nouveau ou migration)
  • Fermeture ou fin de cycle de vie de la CP → archivage

 Second plan :

  • Aider les membres dans l’usage de la technologie de la CP
  • Identifier et diffuser les bonnes pratiques de la technologie
  • Soutenir l’expérience au sein de la CP
  • S’occuper des limites de la CP
  • Assurer une continuité technologique

BLOC-NOTES D’ACTIONS

15

Sur le site du livre, il existe un document téléchargeable avec une check-list, des tables, des questions pour aider le GT à mettre en place ou gérer sa CP :

  • Comprendre la CP
  • Fournir la technologie
  • Mettre la technologie en action

 COMMUNAUTES DE PRATIQUE – LE FUTUR

 Les innovations technologiques et le développement doivent être stimulés par les besoins des CP; chaque développement technologique et chaque implémentation affecte la vie de la CP.

 16

Le processus s’accélère car il existe une convergence des technologies: Internet, les ressources pair-à-pair, etc… dans la méthode d’apprentissage par les CP.

 TENDANCES EN HABITATS NUMERIQUES : RECONFIGURER LES POLARITES DES CP

 Pour rappel, les 3 premières dimensions introduites étaient :

  • L’engagement mutuel
  • L’entreprise commune
  • Le répertoire partagé

 Une 4ème dimension est liée au 3 premières, il s’agit de la nature-même de tous les réseaux socialement actifs, qui lie technologie et CP ensemble.

 Connectivité augmentée dans le temps et l’espace

Dans le futur, nouvelles formes de connectivité omniprésente et de présence virtuelle; mélange dynamique de relations physique et virtuelles, de connections synchronisées et asynchronisées.

 Nouveaux modes d’engagement d’interaction et de publication

  • Auto-expression généralisée : mélange entre social et individu qui permet des interactions constantes, larges publications personnelles, auto-expression
  • Collaboration de masse : le web autorise l’expression personnelle mais la technologie permet une échelle énorme de prolifération de créations communes; collaborations potentielles sur projets de toutes tailles

 Modification de la géographie et de l’identité des CP

3 tendances complémentaires façonnent le web, faisant évoluer l’habitat numérique :

  • Propriété du web : le web a ouvert les frontières, devenant un immense territoire pour tous les sujets et échanges possibles et imaginables mais où et comment déclarer la propriété intellectuelle ?
  • Limites dynamiques : les moteurs de recherches, les outils technologiques, les algorithmes,… modifient de manière dynamique les limites de visibilité et d’accessibilité aux données
  • Individualisation de l’accès : les flux RSS, et divers autres outils, permettent la personnalisation des chemins de recherche et d’abonnements

 Vers un réseau socialement actif

La combinaison de la production distributive, de la représentation digitale et de la capacité de recherche transforme le web en un réseau actif où le social et l’information se construisent l’un par rapport à l’autre.

  • Informatique social : les relations sociales deviennent une pièce du puzzle ainsi que les habiletés techniques informatiques
  • Sémantique du web : il existe un langage IT
  • Empreinte digitale : notre engagement dans les nouvelles technologies laisse des traces à chaque passage sur le web

 DEFIS ET OPPORTUNITES

 Volume accablant (-)

Tomber dans la pensée de masse (-)

Vulnérabilité des systèmes (-)

Etendre nos limites relationnelles (+)

 COMMUNAUTES DE PRATIQUE – AGENDA D’APPRENTISSAGE

 Invitation à explorer 3 domaines de compétences oµ la gestion de la technologie sera utile : intelligence collective pour mettre en pratique les connaissances acquises et les préoccupations communes.

 ALPHABETISATION DE LA GESTION DE LA TECHNOLOGIE

 Les GT ont besoin d’une compréhension flexible de la manière dont les habitats numériques peuvent être utiles à l’apprentissage de leur CP.

Configuration technologique

Inclure les outils qui soutiennent le fonctionnement d’une CP

 Polarités de la CP

Amener un cadre pour évaluer les effets et apports de la technologie et des pratiques associées

 Orientations de la CP

Perspective technologique centrée sur l’apprentissage au sein de la CP

 Agenda selon 3 dimensions :

  • Offrir de nouvelles opportunités et de nouveaux défis à la CP
  • Permettre la création de nouvelles CP que personne n’aurait jamais imaginé auparavant
  • Elargir la notion de CP et le potentiel d’apprentissage qui existe dans et autour des CP

Défis :

Exercer au sein de CP existantes : la gestion technologique est un savant équilibre entre une stabilité conservatrice et une avancée technologique et l’adoption de nouveaux outils

Connectivité et proximité → augmenter la connectivité produit une proximité virtuelle “always on” = “always there”

Modifier les limites → augmenter la connectivité va élargir le champ de vision, autorisant plus de personnes à observer depuis la périphérie et à s’intéresser à la CP

Nouveaux modes d’engagement → l’évolution des moyens de publication et le outils d’interaction permettent de renforcer les voix individuelles, l’auto-expression (blogs,…) mais aussi l’expression de groupes via les outils collaborative

Réappropriation créative et vois de la CP → les liens hypertextes permettent à la CP de créer des collections de ressources au travers de liens, de tags

Transparence → les techniques de mapping permettent de créer de nouvelles voies de visualisation de la structure des CP; l’empreinte digitale peut indiquer beaucoup sur le comportement individuel

Gérer la multiplicité → la propriété intellectuelle, l’augmentation des modes d’(auto)expression et de collaboration produisent une abondance de formes participatives; cette richesse combinée à une attente limitée peut exacerber les tensions inhérentes aux polarités de groupes ou d’individus

Rendre possible la création de nouvelles CP : il existe un potentiel au sein des habitats numériques pour permettre à des groupes de toute nature de mettre des CP sur pied

A grande échelle : engagement significatif : la taille est un défi pour une CP mais l’engagement auss

Habitat numérique = catalyseur de CP : la technique crée un espace pour l’engagement mutuel et cela peut devenir un catalyseur pour la formation d’une CP, que cela en soit ou non l’intention de départ

Accès aux pratiques au travers de la présence virtuelle : une CP est globale et doit proposer des outils permettant l’engagement significatif à distanc

Relations complexes d’identité géographique et de domaines : la facilité de regrouper les membres de va pas avoir uniquement un impact sur la taille mais va aussi affecter la formation de groupes spécialisés, il va se créer certaines relations plus étroites que d’autre

Voir le social dans la technologie : les deux sont indissociables, même si on verra plus facilement la technologie (contenu) que l’aspect social (contenant

Elargir la notion de CP : l’interaction entre CP et technologie affecte les deu

Proto-communautés – modèles émergents de communautés réseaux; mix entre CP (= qui a l’intention de partager un domaine de connaissances et d’apprentissage) et réseau (connections, liens mais sans plus d’intentions

Pratiques émergentes de gestion : équilibre entre réseau et processus communautaire : les proto-communautés ont toujours existé mais ce qui est nouveau, c’est qu’elles sont directement identifiables par des liens, des infrastructures communes (même si les “membres” n’en n’ont pas décidé ainsi)

Apprendre de l’ancien et du nouveau : équilibre entre apprentissage des CP et du social, du comportement humain.certaines relations plus étroites que d’autres.

COMMUNAUTES DE PRATIQUE – EXEMPLES

 Eric est passionnée par son métier d’audio designer. L’organisation dans laquelle il travaille encourage fortement la création de communautés de pratique via une plateforme 2.0 maison. Les collègues d’Eric sont éparpillés dans plusieurs studios à travers le monde. Il décide de se lancer lui-aussi dans la création d’une communauté pour les passionnés du son. Eric a de la crédibilité, il est une référence dans son domaine, au sein et à l’extérieur de son organisation. Pour encourager la participation à sa communauté, il développe un système de reconnaissance pour les plus ardents participants. 18 mois après le lancement de la communauté, des milliers d’échanges de passionnés échangés entre Montréal, Shanghai, Singapoure et Paris, Ericest promu à un poste de direction.

 À titre d’exemples, dans le cadre du projet du CEFRIO, la société Desjardins a réuni les membres de la communauté autour de la pratique du commerce électronique ; dans un autre cas, celui du Conseil du trésor, il s’agissait de créer une communauté regroupant des membres du service de la formation du Sous-Secrétariat aux marchés publics ainsi que des responsables des acquisitions de différents organismes publics afin d’élaborer des outils (documents types annotés, par exemple) qui permettraient une meilleure compréhension menant à une meilleure application des règles d’acquisitions dans la pratique. Enfin, au ministère des Transports, la communauté Réseau signalisation et circulation a été formée à partir d’un groupe d’ingénieurs et de techniciens, spécialisés dans le domaine de la signalisation et de la circulation routière, s’échangeant des informations et des connaissances sur leur pratique professionnelle qui consiste à organiser et à planifier la signalisation et la circulation ainsi qu’à gérer la sécurité sur les chantiers routiers – de même qu’aux abords des chantiers – à l’échelle provinciale.