7 Tips to Stop You from Worrying About Things You Can’t Control

zen.png

1. You can’t control everything that happens to you, but you CAN control the way you respond.  And in your response is your greatest power.  Yes, most of your stress comes directly from the way you think and respond, not the way life is.  Adjust your attitude, and all that extra stress is gone.

 

2. Don’t bother worrying about whether there will be problems.  There will be plenty of them, and you’ll work your way through every one of them.

 

3. If you worry too much about what might be, and wonder too long about what might have been, you will ignore and completely miss what is.  Realize that worrying is a misuse of your incredible creative energy.  Instead of imagining the worst, imagine the best and how you can bring it about. 

 

4. Today is a choice.  Today, choose grace over impatience, beauty over negativity, and presence over panic.

 

5. There is absolutely nothing about your present situation – even the aspects you can’t control – that prevents you from making progress, step by step.

6. You are alive and breathing, so act like it.  Let go of what’s wrong and grab a hold of what’s right.  Make things happen, and then let things happen.  Learn, accept, explore, create and experience, every single day, one tiny step at a time.  

 

7. Keep being mindful.  Keep breathing deeply.  Things ultimately turn out best for people who make the best out of the way things turn out.

Advertisements

10 Reasons Why Advertising Campaigns Fail

Excellent article… Yes, advertising gurus are not yet the kings of the world… Customers still have the last word 🙂

10 Reasons Why Advertising Campaigns Fail, Published on February 28, 2017 by Steve Klein

CEO + Growth Strategist

Branding + Digital Marketing (SEO, SEM) Specialist, Contract CMO

A prospective client called me last week, complaining that his latest radio and TV advertising campaign wasn’t working. He wanted my opinion about why, and some recommendations to turn the campaign around. When I talked with him further and checked out the creative, I was reminded about the 10 reasons why most campaigns fail.

  1. THE DESIRE FOR INSTANT RESULTS. The ad that creates enough urgency to cause people to respond immediately is the ad most likely to be forgotten immediately once the offer expires. Such ads are of little use in establishing the advertiser’s identity in the mind of the prospective customer.
  2. NOT BUYING ENOUGH FREQUENCY. Research shows that it takes 6 or 7 times for an ad to motivate a prospective customer to pick up the phone, visit a store or make a purchase online. For a media mix to be effective, each element in the mix must have enough repetition to establish retention in the mind of the prospect. Too often, however, the result of a media mix is too many people reached without enough repetition. Years of experience have taught me over and over that advertising is a game of repetition.
  3. ASSUMING THE OWNER KNOWS BEST. Most business owners are quite unqualified to see their company or product objectively. Too much product knowledge often leads them to talk about features that prospective customers don’t really care about, or answer questions no one is asking.
  4. UNSUBSTANTIATED CLAIMS. Advertisers often claim to have what the customer wants, such as “highest quality at the lowest price,” but fail to offer any evidence. An unsubstantiated claim is nothing more than a cliché that prospective customers get tired of hearing. You must prove what you say in every ad.
  5. CREATING ADS INSTEAD OF CAMPAIGNS. It is foolish to believe a single ad can ever tell the entire story. The most effective, persuasive, and memorable ads are like a rhinoceros: they make a single point, powerfully. An advertiser with four of five different things to say should commit to a campaign of at least two or three different ads, repeating each ad enough to stick in the prospective customer’s mind.
  6. RELYING ON LATE-WEEK SCHEDULES. Advertisers often schedule their ads on Thursday and Friday, saying, “We need to reach the customer just before he or she goes shopping”. Why do these advertisers choose to compete for their customer’s attention each Thursday and Friday when they could have a quality conversation with prospective customers on Sunday, Monday and Tuesday?
  7. GREAT PRODUCTION WITHOUT GREAT COPY. Too many ads today are creative without being persuasive. Slick, clever, funny, creative, and different ads are poor substitutes for informative, believable, memorable and persuasive ones.
  8. FORGETTING THE WEBSITE. Research shows that over 90% of prospective customers visit an advertiser’s website after seeing or hearing an ad, before they proceed further and make a purchase decision. Yet many advertisers forget to feature the products or services that they are selling on the home page of their website.
  9. BUYING ADS ON THE WRONG STATION OR WRONG MEDIA. Many advertisers fail to take the time to think through the targeting of their campaign, and write down critically important information on the profiles of the prospective customers that they are seeking to attract. They fall into the trap of buying radio and TV spots on the basis of just the price.
  10. CONFUSING REACTIONS WITH RESULTS. The goal of advertising is to create a clear awareness of your company and its unique selling proposition. Unfortunately, most advertisers evaluate their ads by the comments they hear form the people that they know. When we mistake these types of opinions for results, we create ads that often say nothing of benefit to potential customers.

Want to become creative…?

To be creative is an add-on but if you work on it, with some unusual habits, you may try te become a creative people… Read this article to know the good and unusual habits to follow !

Dr. Travis Bradberry
Coauthor EMOTIONAL INTELLIGENCE 2.0 & President at TalentSmart

I expend a huge amount of my time and energy writing books and articles and working to keep my company innovative. I’ve developed an obsession with some of history’s most creative minds in the hope that I might learn some tricks to expand my own creative productivity.

Some of the things I’ve learned are more useful than others, and some are simply too weird to try.

Steve Jobs, for example, routinely sat on toilets, dangling his bare feet in the water while he came up with new ideas, and Yoshiro Nakamatsu (inventor of the floppy disc) would dive deep under water until his brain was deprived of oxygen, then write his ideas on an underwater sticky pad.

Weird ideas aside, I’ve developed a pretty good understanding of the habits of some of history’s most creative minds. There’s enough commonality between different people that I’ve distilled their habits into strategies that anyone can follow.

Six of these strategies stand out because they have the power to change the way you think about creativity. Give them a try, and you’ll reach new levels of creative productivity.

1. Wake Up Early
Not all creative minds are morning people. Franz Kafka routinely stayed up all night writing, and William Styron (author of Sophie’s Choice, among other best sellers) woke up at noon every day and considered his “morning” routine to be staying in bed for another hour to think.

However, early risers make up the clear majority of creative thinkers. The list of creative early risers ranges from Benjamin Franklin to Howard Schultz to Ernest Hemmingway, though they didn’t all wake up early for the same reasons. Ben Franklin woke up early to plan out his day, while Schultz uses the time to send motivational emails to his employees. For many creative people, waking up early is a way to avoid distractions. Ernest Hemingway woke up at 5 a.m. every day to begin writing. He said, “There is no one to disturb you and it is cool and cold and you come to your work and warm as you write.”

The trick to making getting up early stick is to do it every day and avoid naps—no matter how tired you feel. Eventually, you will start going to bed earlier to make up for the lost sleep. This can make for a couple of groggy days at first, but you’ll adjust quickly, and before you know it, you’ll join the ranks of creative early risers.

2. Exercise Frequently
There’s plenty of evidence pointing to the benefits of exercise for creativity. Feeling good physically gets you in the right mood to focus and be productive. Exercise also forces you to have disconnected time (it’s tough to text or email while working out), and this allows you to reflect on whatever it is you’re working on. In a Stanford study, 90% of people were more creative after they exercised.

It’s no surprise that so many creative and successful people built exercise into their daily routines. Kurt Vonnegut took walks into the nearby town, swam laps, and did push-ups and sit-ups, Richard Branson runs every morning, and composers Beethoven and Tchaikovsky both walked daily.

3. Stick to a Strict Schedule
It’s a common misconception that in order to be creative, one must live life on a whim with no structure and no sense of need to do anything, but the habits of highly successful and creative people suggest otherwise. In fact, most creative minds schedule their days rigorously. Psychologist William James described the impact of a schedule on creativity, saying that only by having a schedule can we “free our minds to advance to really interesting fields of action.”

4. Keep Your Day Job
Creativity flourishes when you’re creating for yourself and no one else. Creativity becomes more difficult when your livelihood depends upon what you create (and you begin to think too much about what your audience will think of your product). Perhaps this is why so many successful and creative people held on to their day jobs. Many of them, like Stephen King, who was a schoolteacher, produced their breakout (and, in King’s case, what many consider his very best) work while they still held a 9 to 5.

Day jobs provide more than the much-needed financial security to create freely. They also add structure to your day that can make your creative time a wonderful release. The list of successful, creative minds who kept their day jobs is a long one. Some notable individuals include Jacob Arabo, who started designing his own jewelry while working in a jewelry shop; William Faulkner, who worked in a power plant while writing As I Lay Dying; and musician Philip Glass, who worked as a plumber.

5. Learn to Work Anywhere, Anytime
A lot of people work in only one place, believing it’s practically impossible for them to get anything done anywhere else. Staying in one place is actually a crutch; studies show that changing environments is beneficial to productivity and creativity. E.B. White, author of Charlotte’s Web, said it well: “A writer who waits for ideal conditions under which to work will die without putting a word on paper.” The same is true for any type of creative work. If you keep waiting until you are in the perfect place at the ideal time, the time will never come.

Steve Jobs started Apple in his mom’s garage, and JK Rowling wrote the first ideas for Harry Potter on a napkin on a train. When you have a creative idea, don’t wait—put it into action as soon as you can. Recording that spark of creativity may very well be the foundation of something great.

6. Learn That Creative Blocks Are Just Procrastination
As long as your heart is still beating, you have the ability to come up with new ideas and execute them. They may not always be great ones, but the greatest enemy of creativity is inactivity.

Author Jodi Picoult summarized creative blocks perfectly: “I don’t believe in writer’s block. Think about it—when you were blocked in college and had to write a paper, didn’t it always manage to fix itself the night before the paper was due? Writer’s block is having too much time on your hands. If you have a limited amount of time to write, you just sit down and do it. You might not write well every day, but you can always edit a bad page. You can’t edit a blank page.”

Picoult’s comment describes all creative activity—the only way to stay creative is to keep moving forward.

Bringing It All Together
In my experience, you must get intentional about your creativity if you want it to flourish. Give these six strategies a try to see what they can do for you.

Career Choices You Will Regret In 20 Years

I would like to share this article… valuable for any professional looking for a new challenge !

Career Choices You Will Regret In 20 Years,
by Bernard Marr

Every day we are faced with choices in our careers that will affect us over the long term. Should I volunteer for that new project? Should I ask for a raise? Should I take a sabbatical? Should I say yes to overtime?

But sometimes we miss the biggest choices that will cause us to look back on our careers 20 years from now with pride and contentment — or regret.

Here are some of the career choices we often make but will regret deeply in 20 years’ time:

Pretending to be something you’re not.

Maybe you’re pretending to be a sports fan to impress your boss, or you’re keeping your mouth shut about something to keep the peace. Maybe you’re pretending that you’re an expert in something that’s really not your cup of tea. But continuously pretending to be something you’re not is not being true to yourself and will keep you feeling empty.

Making decisions based only on money.

Whether we’re talking about your personal salary or your project’s budget, making decisions solely based on money is almost never a good idea. Sure, it’s important to run the numbers, but there are dozens of other factors — including your gut feeling — you’ll want to take into account.

Thinking you can change something about the job.

Much like a relationship, if you go into a job thinking, “This would be the perfect job, if only…” that’s a red flag. Chances are, unless you’re taking a leadership, C-level position, you aren’t going to be able to change things that are fundamentally wrong.

Settling.

You’ve got an OK job, with an OK salary, and OK benefits, but what you really want is… You’re not doing yourself any favors settling for something that is just OK. Believe in yourself enough to go after what you deserve, whether it’s a new position, a pay rise, or an opportunity.

Working 50, 60, 80 hour weeks.

You might think you have to work that much — because it’s expected, because you need the money, because you want to look good to your boss — but no one reaches their deathbed and says, “Gosh, I wish I’d spent more time working.”

Putting friends and family last.

Being successful at your career means surrounding yourself with supportive people — and often, those people aren’t your coworkers or employees, they’re your friends and family. Ruin those relationships and you may find your career success just doesn’t matter as much.

Micromanaging everything.

This applies to your team and employees, but also to life in general. If you micromanage everything instead of sometimes just letting life happen, you’ll find yourself constantly battling anxiety and overwhelm.

Avoid making mistakes.

If you’re actively avoiding making mistakes in your career, then you’re not taking risks. And while you may keep up the status quo, you won’t be rewarded, either. Take the risk. Make the mistake. Own it and learn from it.

Thinking only of yourself.

The best networking strategy you can possibly have is to actively look for opportunities to help others. If you’re always putting yourself and your needs first, you’ll find you don’t get very far.

Not valuing your own happiness.

It’s a sad truth that people often believe they can put off happiness until later, but sometimes later doesn’t come. Prioritize being happy today. That might mean switching jobs, or it might just mean choosing to be happier with the job you’ve got.

What do you think are the biggest career choices people regret? As always, I’d love to hear your ideas and stories in the comments below.

Santé publique et représentations sociales dans le domaine de la santé

CMN5533 – Théories de communication et santé

Travail de mi-session – Hiver 2017


QUESTIONS CHOISIES :

  1. L’actualité (dans les médias) portant sur la santé (les campagnes de promotion, prévention, sensibilisation) est extrêmement riche et diversifiée. Manifestement, la santé est une préoccupation collective majeure. Qu’en pensez-vous ? Donnez des exemples. Quelle interprétation peut-on faire du phénomène de médiatisation de tout ce qui touche à la santé ?
  1. Quel est l’intérêt d’analyser les « représentations sociales » dans le domaine de la santé ? Que sont, d’abord, les représentations sociales ? Donnez quelques exemples de travaux portant sur les représentations sociales dans le domaine de la santé. Expliquez

Selon moi, ces deux questions sont intimement liées, je vais l’évoquer et le développer dans mon texte.


 L’actualité (dans les médias) portant sur la santé (les campagnes de promotion, prévention, sensibilisation) est extrêmement riche et diversifiée. Manifestement, la santé est une préoccupation collective majeure. Qu’en pensez-vous ? Donnez des exemples. Quelle interprétation peut-on faire du phénomène de médiatisation de tout ce qui touche à la santé ?

Parler de la/sa santé n’est plus tabou !

Les questions de santé préoccupaient déjà les Grecs et le Romains et au 18è siècle paraissaient les Almanachs et Pharmacopées ; à notre époque, on parlera d’applications… Celles-ci se comptent par centaines de milliers, 165.000 pour être précis, qui ont rapporté 395 millions de dollars en 2015 ! Le thème de la santé est omniprésent à travers les médias, que ce soit dans des films, des reportages, des émissions ou encore des séries cultes ± réalistes ou cyniques (Dr Quinn femme médecin, Urgences, Dr House,…) (3) (12). Ils jouent donc un rôle prédominant comme émetteurs du message “santé” à destination des citoyens.

Toute l’habileté des médias ou des autorités est dans la manière de transmettre le message : éducatif, humoristique, en mode “peur”, … D’ailleurs, après évaluation critique, les campagnes ont évolué : elles ne diffusent plus que rarement un message de culpabilisation de la victime mais appellent plutôt à une conscientisation. (3) Il faut qu’au bout du compte, ce message fasse réfléchir le citoyen-patient, crée une motivation qui le pousse à l’action et que le message soit suffisamment efficace pour qu’il aboutisse à un changement de comportement. Les professionnels de la communication se rendent compte que la difficulté dans l’élaboration des messages, vient du fait du décalage évident entre les attitudes (“je veux arrêter de fumer”) et les comportements (“j’arrête de fumer”). La communication est aussi réfléchie en équipe pluridisciplinaire, c’est un travail collaboratif entre les professionnels de la santé et les équipes communication et marketing ! (11) (12) Avant même de parler de médias classiques tels que télévision, radio ou presse écrite, c’est la publicité (affichage en rue, page de magazine,…) qui a été le support privilégié des messages de santé publique. (3)

La télévision a été le support qui a permis la vulgarisation de la santé vers le grand public. Timidement d’abord, les émissions étaient spécialisées, pointues et spécifiques. Mais certaines ‘affaires’ ont été largement médiatisées dans les journaux télévisés (problématique de l’amiante, du sang contaminé, Tchernobyl et les problèmes de thyroïde,…) et progressivement, la santé a envahi des émissions de masse. Sans parler des émissions plutôt paramédicales, qui donnent des conseils nutritionnels, psychologiques, amaigrissants, ou autres ! Il apparaît un réel phénomène de socialisation de la santé. De nombreux magazines papier ont également vu le jour, plus segmentés parfois car ils peuvent s’adresser plutôt aux femmes, aux “50+”, aux jeunes parents, aux femmes enceintes,…

Sans parler des émissions ou des journalistes spécialisés qui abordent la santé du point de vue économique : que coûte la santé au citoyen, à l’Etat, quels sont les enjeux économiques vus par les compagnies pharmaceutiques, etc…

La généralisation d’internet et des réseaux sociaux a fait exploser les sources et ressources en matière d’informations liées à la santé. La population s’y réfère systématiquement, y recherchant des témoignages d’autres patients ayant eu des expériences similaires, des avis sur des traitements, des médicaments ou même des recommandations sur des médecins. (20) Internet anonymise les réponses, les échanges aussi, et pour certains sujets, dont il est plus délicat de parler en face-à-face, dans des groupes de parole par exemple, les forums sont devenus un mode d’expression très pertinent. (8)

Le danger d’Internet et des réseaux sociaux vient de l’urgence du traitement de l’information, de l’immédiateté. Plus personne, ni le journaliste ni le citoyen ne veut attendre pour recevoir ou pour transmettre une information. Celle-ci est donc transmise de manière instantanée, sans même être contrôlée, et relayée en continu, ce qui peut – in fine – créer une confusion car elle peut être mal interprétée, transmise de manière erronée ou à la mauvaise personne. L’immédiateté a donc tué la fiabilité.

Les médias adoptent parfois un ton alarmiste ! “L’épidémie de virus H1N1 venant d’Asie se répand à une vitesse fulgurante, annonçant une épidémie de grippe mortelle pour cette hiver” Résultat, un vent de panique court dans la population avec, au final, 1 mort et quelques personne âgées hospitalisées pour des complications respiratoires… Le rôle des médias est donc certainement à revoir dans la diffusion de l’information concernant la santé, car cette médiatisation axée sur l’émotion plutôt que sur l’information n’est pas encline à créer un climat de sérénité. Entre le ton alarmiste ou les lieux communs et les fausses rumeurs diffusées par les médias en tous genres, difficile de faire la part des choses pour le commun des mortels, qui n’a pas ‘d’éducation-santé’ de base… Ce point fait parfaitement le lien avec la seconde question traitée dans ce cours essai, les représentations sociales vont donc jouer un rôle prépondérant dans la manière d’aborder la maladie ou l’état de santé. L’information prévient-elle ou provoque-t-elle la maladie ? Ne devient-on pas hypochondriaque à force d’être cerné par tant d’informations ?

Le problème de la médiatisation des questions de santé peut aussi provenir du fait que les médias ne dévoilent que la vision dominante, ne laissant que peu de place au débat, pour différentes raisons. Un exemple concret ; en Belgique, il existe deux syndicats majoritaires francophones de médecins, l’AbSym et le GBO. L’AbSym, de tendance plus libérale et dominé par des médecins à la tête de structures hospitalières gigantesques, avaient pour habitude d’être systématiquement interviewés dans les médias, ce qui donnait une vision tronquée de la réalité. Le GBO a modifié ses habitudes en matière de communication et est désormais sur un même pied d’égalité, mais cela a pris plusieurs années…

Le marketing social, la promotion et la prévention de la santé, dans ces conditions, se doivent d’évoluer en parallèle, de modifier aussi leurs comportements, afin d’intégrer les opinions de chacun dans les plateformes. Avec l’avènement des réseaux sociaux, chacun peut avoir voix au chapitre, du patient dans son salon, au chercheur dans son labo, à l’association de patients, jusqu’à la compagnie pharmaceutique ou au département du Ministère de la Santé. Il va donc falloir user et abuser de cette technologie à bon escient afin de promouvoir la santé et de créer un engagement citoyen (13).

Car  les citoyens voudraient être les acteurs à part entière du système de santé, c’était d’ailleurs l’un des principes fondamentaux de la Charte d’Ottawa : “donner aux individus davantage de maîtrise de leur propre santé et davantage de méthodes de l’améliorer”. Mais les gouvernements semblent avoir fait la sourde oreille, à tort ou à raison… Les citoyens souhaiteraient surtout plus de responsabilités, plus de pouvoir de décision, dans la prévention de leur santé mais également dans les soins de fin de vie par exemple.(19) Tout est une question de besoins et d’attentes: les citoyens ont besoin d’informations et pour cela, ils considèrent que les médias – quels qu’ils soient – sont une source inégalable. D’autre part, les citoyens ont des attentes, notamment l’accessibilité, à l’information mais aussi à la santé en elle-même, la participation démocratique aussi. Mais ces attentes ne sont pas toujours comblées, que ce soit parce que les citoyens n’ont pas les moyens (physiques, financiers,…) d’avoir accès à la bonne information en temps voulu ou parce que les pouvoirs publics souhaitent restreindre la participation citoyenne au développement du système de soins de santé. (3)

Tous ces éléments mis ensemble, le déséquilibre entre besoins et attentes, l’immédiateté, le manque de fiabilité de certaines sources, le “bouche-à-oreille” de la transmission des informations, l’avènement des applications mobiles, le manque de contrôle des professionnels de la santé sur les informations circulantes, peuvent expliquer  partiellement les échecs de certaines campagnes de prévention ou de promotion de la santé. Les communicateurs n’auraient-ils aussi pas assez tenu compte des déterminants socio-culturels en mettant au point leur message ? Il semble évident que c’est une piste de réflexion, une campagne ne peut se construire pour tous, être universelle. Le seul point sur lequel tout le monde s’accorde, c’est de dire que la santé est au cœur des préoccupations et il reste donc encore bien des sujets sur lesquels communiquer…

Reste à trouver le bon modèle ou quels modèles utiliser en fonction de face à quels déterminants de la santé nous sommes confrontés. Et de franchir l’étape de l’évaluation du programme mis en œuvre également, ce qui n’est pas fréquemment réalisé et qui pourtant, serait d’une grande utilité pour servir de leçon à la conception des messages futurs ! (15)

Évoquons 3 exemples de campagnes de prévention et/ou promotion de la santé qui ont chacune fait évoluer les mentalités, avec cependant l’un ou l’autre bémol…

  1. Santé mentale : Dépression et burn-out sont inscrits dans notre quotidien désormais, même auprès de professions qui semblaient inébranlables telles que les médecins, les policiers, les athlètes de haut niveau.  Il était important d’oser en parler, sans tabou, ce qui était encore inimaginable il y a quelques années. Les campagnes de promotion de santé mentale ont permis de franchir une étape cruciale dans la reconnaissance de ces “pathologies du 21ème siècle”. Actuellement, ces campagnes mettent même en scène des personnalités, des athlètes, des vedettes (prenons pour exemple le Bell Let’s Talk Day, qui prend place le 25 janvier de chaque année). Il y a certainement une part de récupération marketing, ou commerciale, dans ces ‘momentums’ mais il n’empêche que ces actions de ‘corporate social responsability’, ou responsabilité sociale des entreprises’ permet à tout citoyen de s’identifier et d’oser franchir le pas vers le thérapeute, vers le psychologue afin de parler de sa détresse.
  1. Dépistage du cancer du sein : Le cancer du sein est le plus meurtrier chez la femme, les campagnes de dépistage sont donc d’une importance capitale pour inciter les femmes, à partir d’un certain âge, à passer une mammographie. L’association Pink Ribbon, et le mouvement Think Pink qui en découle, ont été créés aux Etats-Unis en 1997. Association sans but lucratif au départ, et nourri d’une très noble intention, c’est devenu en 20 ans une “machine de guerre” qui a fait l’objet de récupération. Désormais, on vend des T-shirts et des bics Think Pink, on organise des événements Think Pink, des vedettes ± charismatiques parlent au nom de Think Pink,… Bien sûr, tout le monde sait que Think Pink est associé au cancer du sein mais on s’éloigne quand même du sujet initial et cela en devient presque une mode.
  2. Bon usage du médicament : Il n’y a pas si longtemps, la croyance populaire incitait tout un chacun à se faire prescrire des antibiotiques pour une banale grippe, ce qui s’avérait parfaitement inutile en cas d’infection virale et ce qui pouvait, à terme, provoquer une résistance accrue aux antibiotiques et entraîner un cercle vicieux car la prescription suivante d’antibiotiques devait être plus forte et ainsi de suite. Désormais, grâce aux campagnes de promotion de la santé, la population a bien compris que les antibiotiques étaient réservés à certains usages et a aussi perçu l’importance de la vaccination antigrippale, surtout pour certaines catégories de personnes “à risques” dont le système immunitaire était affaibli ou qui entraient en contact bien plus fréquemment avec des personnes infectées (personnes âgées, infirmiers,…).

Pour conclure, une dernière piste… Pour acquérir plus de crédibilité, il faudrait presque en arriver à créer un label ou un logo de type “Eco-certifié” ou “AOC”, qui indiquerait que le site ou le réseau social a été approuvé, revu par des pairs, et que l’information qu’il contient est validée par un comité de professionnels de la santé. Travail titanesque mais qui mériterait d’être envisagé vu le nombre d’assertions douteuses qui circulent.


Quel est l’intérêt d’analyser les « représentations sociales » dans le domaine de la santé ? Que sont, d’abord, les représentations sociales ? Donnez quelques exemples de travaux portant sur les représentations sociales dans le domaine de la santé. Expliquez

L’injustice sociale tue à grande échelle (OMS, 2008)

Une représentation sociale est une perception de la réalité, une forme de connaissance, de croyance, de norme ou de valeur, selon le contexte dans lequel se situe la personne et le rapport qu’elle a avec son environnement.

Selon Jodelet (1989/2009), la représentation sociale désigne “une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social”.

Selon Abric (2003) “Toute réalité est représentée, c’est-à-dire appropriée par l’individu ou le groupe, reconstruite par son système cognitif, intégrée dans son système de valeurs dépendant de son histoire et du contexte social et idéologique qui l’environnement”.

On pourrait donc faire un parallèle entre représentation sociale et stéréotype, le stéréotype étant une “caractérisation symbolique et schématique d’un groupe qui s’appuie sur des attentes et des jugements de routine” (Larousse) (contrairement au préjugé, plus moralisateur, le stéréotype est une grille de lecture qui nous aide à déchiffrer ce qu’il y a autour de nous et n’a pas systématiquement de connotation négative).

Les recherches en représentations de la santé ont permis de développer une théorie dénommée “Health Beliefs Model” ou “Theory of Planned Behavior” ( 6) (2)

La santé va donc être investiguée à la fois au niveau des sciences médicales, mais vont s’ajouter à cela les références des domaines des sciences sociales et des sciences humaines. La maladie sera donc envisagée sous l’angle purement cartésien du médecin et des outils mis à sa disposition (diagnostic, examens biologiques, etc…) et aussi sous l’angle de la construction sociale et de toute la charge symbolique qui y est afférente (subjectivité de la maladie, aspect psycho-social, aspect culturel, croyances, etc…) (9)

Nous sommes dans un système de co-construction car les représentations de santé peuvent s’articuler à multi-niveaux : le niveau du patient lui-même (comment se positionne-t-il par rapport à la maladie, au traitement,…), le niveau de la relation soignant-soigné (et tout ce qui tourne autour, c’est-à-dire la manière dont le patient, le soigné, va parler de son médecin, le soignant,  et ensuite de sa situation pathologique à sa famille, à ses amis) et ensuite, le dernier niveau est entre le soigné et l’institution de santé, le système de soins de santé (l’ensemble de la profession médicale donc les médecins, les pharmaciens, l’Etat,… mais pas uniquement le médecin du patient). Chaque niveau possède ses propres croyances, ses propres représentations sociales, elles vont donc se démultiplier au fur et à mesure de l’historique du patient. (9).

Le tableau évoqué dans l’article de Jeoffrion (9) est une excellente représentation de cette co-construction à différents niveaux de la représentation sociale, qui complexifie la relation soignant-soigné mais également la relation que le soigné peut avoir lui-même avec sa maladie ou son état de santé.

La première représentation sociale sur laquelle il est intéressant de se pencher est le mot “santé” lui-même. En fonction des croyances, de cultures, des époques, des personne à qui on s’adresse, il aura une signification différente ! La santé sera définie par les uns comme “absence de maladie”, par les autres comme “état de bien-être” ou encore comme “une condition physique correcte” etc… Toutes ces réponses seront fortement conditionnées par les déterminants de la santé, dont la plupart sont sociaux (revenu, éducation, environnement, emploi,…). Ceux-ci joueront un rôle crucial dans la façon dont l’individu – le patient – abordera le rapport avec le professionnel de la santé et avec la maladie, ainsi qu’avec la prévention de celle-ci (mesures d’hygiène par exemple).

L’article de Galand illustre particulièrement bien l’exemple de la représentation sociale de la maladie mentale. Le patient est traité de “fou”, donc dévalorisé d’abord par le langage. Ensuite, il l’est dans les attitudes à son égard : il est écarté de toute activité ou fête familiale, il est placé en isolement (pièce à part ou utilisation de barricade) et les objets qu’il utilise lui sont attribués exclusivement, de peur de la contagion ! Dans ce cas, la représentation sociale de la maladie mentale est telle que l’historique culturel, les croyances populaires, ont provoqué une peur au sein de la population.

Cette notion a, heureusement, évolué ! Il n’empêche que la problématique de la dépression par exemple reste toujours un sujet délicat, à la représentation sociale complexe. La personne qui va être déclarée ou se déclarer dépressive, diagnostic médical à l’appui, peut subir des représentations sociales très différentes et être culpabilisée dans son état. Au travail, ses collègues peu empathiques ou jaloux peuvent l’accuser de fainéantise ou de ‘profiter du système’; dans la famille, les proches peuvent pointer du doigt son ‘égoïsme’ de ne plus avoir la force de faire à manger ou de traîner en pyjama toute la journée devant la télévision, et ainsi de suite… Toutes ces ‘fausses réalités’ sont autant de représentations sociales de la personnes dépressive, que les nombreux acteurs qui gravitent autour d’elles auront ± tendance à avoir, et qui – si ces représentations sont négatives- seront particulièrement néfastes à sa thérapie. (16) (18)

D’autres pathologies ont développé ce même type de rejet, de tabou, associé à la méconnaissance, à l’ignorance et aussi à des rumeurs largement diffusées au sein de la population : le virus VIH/le SIDA, le cancer,… (6)

On en revient à la première question développée dans cet essai et à l’importance de la diffusion la bonne information, par le bon canal, à la bonne personne, au bon moment et donc du rôle des médias en tant qu’émetteur afin de passer le message adéquat au bon récepteur…

En effet, les représentations sociales sont fluides, peuvent évoluer dans le temps, en fonction des informations reçues et perçues par le(s) récepteurs(s), même si cela prend du temps car elles sont en général bien ancrées dans l’esprit collectif.

Vu cette évolution possible des représentations sociales, vu que certains individus/patients sont plus enclins que d’autres à rechercher de l’information sur la santé (parce qu’ils sont confrontés eux-mêmes à la maladie ou à celle d’un proche), vu que ces individus/patients vont peut-être eux-mêmes devenir émetteurs (car ils vont communiquer avec d’autres patients à la recherche d’informations, au travers de forums, de plateformes en tous genres,…), vu aussi la vulgarisation de la science médicale et de la technologie, il semble essentiel d’impliquer les médias dans la diffusion à bon escient d’un message accessible, cohérent et correct.

L’intérêt d’analyser les représentations sociales est de décrypter d’où viennent ces croyances, d’où viennent ces rejets, ces peurs, ces tabous,… L’étude des représentations sociales permet de mieux appréhender le rapport des individus avec les déterminants de la santé et de comprendre comment chaque groupe d’affinités, chaque groupe de pensées, va se positionner l’un par rapport à l’autre. Car sans connaître les origines des représentations sociales, leurs tenants et leurs aboutissants, il sera impossible de recadrer le message et de (ré)éduquer les individus dans la bonne direction. Mais ce n’est pas seulement une question d’éducation, de promotion ou de prévention de la santé. Il est également essentiel que le thérapeute comprenne comment son patient, de quelque origine qu’il soit, fonctionnent quand il se présente face à lui, comment il se positionne face à la maladie ou à la souffrance psychologique. Dans le cursus du médecin, outre les cours d’anatomo-pathologie, de biologie clinique,etc…, personne n’a encore pensé à ajouter des cours de “mondialisation culturelle” ou d’empathie. L’analyse et la meilleure compréhension des représentations sociales va permettre au thérapeute, dans le meilleur cas, d’adopter une autre approche de son patient, notamment dans sa manière d’aborder le dialogue (en simplifiant son vocabulaire médical par exemple, en se mettant au ‘niveau’ ou à la place du patient) ou le traitement,  de comprendre pourquoi l’observance ou l’adhésion au traitement n’est systématiquement pas respectée chez certains patients,…

L’article de Saillant, Hagan et Boucher-Dancause (14) concernant les soins infirmiers à domicile est une mise en pratique fort intéressante des représentations sociales. Le Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec avait ordonné une réforme en 1991, qui souhaitait promouvoir des services “au plus près du milieu de vie des personnes et plaçant les citoyens au coeur de la prise de décision”. Cette réforme a fortement affecté les services infirmiers de soins à domicile : le Ministère avait une représentation sociale du citoyen idéal, “libre”, “autonome”, “participatif” et décidant lui-même des soins à domicile dont il souhaitait bénéficier. Mais les services infirmiers étaient confrontés à une réalité de terrain bien différente, leur octroyant une charge extrêmement compliquée et lourde, tant sur le plan physique que psychologique :  “Le schizophrène de 35 ans qui vit avec sa mère, la femme âgée qui présente des troubles cognitifs sévères et dont son conjoint et une de ses filles s’occupent, le sidéen qui a choisi de mourir à domicile sont parmi les personnes qui ne présentent pas toutes les caractéristiques de cet idéal.” (p.106) Dans ce contexte, les représentations sociales n’avait pas été analysées ni exploitées de manière pertinente avant d’émettre le message, qui – du coup – n’était absolument pas adapté. Il n’est, dans ce cas, pas possible de réussir la triangulation ou la co-construction entre le soignant, le soigné et le système de soins.

Pour conclure : “Les hommes ne vivent pas seulement d’informations, il leur faut aussi des significations” (Moscovici, 1992). Cette citation est la clé des représentations sociales : depuis la préhistoire, l’homme s’est attaché à symboliser, à représenter son environnement.  Les tableaux des grands maîtres du 17ème ou du 18ème siècle ont peint les épidémies de peste ou de choléra, la souffrance humaine. Tout cela est significatif d’une perspective de triangulation : la maladie est à la fois d’ordre biologique et d’ordre social et traiter l’un ne peut s’envisager sans traiter l’autre. (1)

Gérer le traitement symptomatique et l’aspect psychosocial est devenu un enjeu transversal pour l’ensemble des professionnels de la santé. (2)


BIBLIOGRAPHIE

  1. Apostolidis, T. (2006). Représentations sociales et triangulation: Une application en psychologie sociale de la sante. Psicologia: Teoria E Pesquisa, 22(2), 211–226.
  2. Apostolidis, T., & Dany, L. (2012). Pensée sociale et risques dans le domaine de la santé: le regard des représentations sociales. Psychologie française, 57(2), 67–81. https://doi.org/10.1016/j.psfr.2012.03.003
  3. Bouchard, A. E. (1991). L’écologie de la santé par les médias. Montréal: Editions Agence d’Arc.
  4. Fassin, D. (1997). Raymond MASSÉ, Culture et santé publique. Les contributions de l’anthropologie à la prévention et à la promotion de la santé. Montréal, Gaëtan Morin éditeur, 1995, xxiv + 499 p., fig., tabl., bibliogr., index. Anthropologie et Sociétés, 21(1), 131–134.
  5. Ferreira, J. (2007). Entre assistance et promotion de la santé. Anthropologie et Sociétés, 31(2), 133–150.
  6. Galand, C., & Salès-Wuillemin, É. (2009). Apports de l’étude des représentations sociales dans le domaine de la santé. Societes, 105(3), 35–44. https://doi.org/10.3917/soc.105.0035
  7. Georget, P. (2005). La persuasion publicitaire: Application des modèles théoriques de la psychologie sociale. Market Management: Marketing and Communication., 5(1), 27–46. https://doi.org/10.3917/mama.021.0027
  8. Giroux Claude. (2009). L’utilisation de l’internet dans les campagnes publicitaires de promotion de la santé: l’expérience du Québec. Santé Publique, (hs2), 65.
  9. Jeoffrion Christine. (2009). Santé et Représentations sociales: une étude « multi-objets » auprès de Professionnels de Santé et Non-Professionnels de Santé. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, (2), 73.
  10. Killeen, R. (2008). Whatever happened to the social determinants of health?/Qu’est-il advenu des déterminants sociaux de la santé? Canadian Pharmacists Journal, 141(6), 309–310.
  11. Marchioli Audrey. (2006). Marketing social et efficacité des campagnes de prévention de santé publique: apports et implications des récents modèles de la communication persuasive. Market Management, (1), 17.
  12. Moreau, D. (2000). Promotion de la santé et stratégie de communication. The Canadian Nurse, 96(3), 33–36.
  13. Norman, C. D. (2012). Médias sociaux et promotion de la santé. Global Health Promotion, 19(4), 57–61. https://doi.org/10.1177/1757975912464594
  14. Saillant, F., Hagan, L., & Boucher-Dancause, G. (1994). Contenu, contexte et enjeux sociaux de la pratique des soins infirmiers à domicile. Service social, 43(1), 105–126.
  15. Shankland, R., & Lamboy, B. (2011). Utilité des modèles théoriques pour la conception et l’évaluation de programmes en prévention et promotion de la santé. Pratiques psychologiques, 17(2), 153–172. https://doi.org/10.1016/j.prps.2010.11.001
  16. Tremblay, Philippe. (2012, Mai). Les représentations sociales de la dépression et de ses enjeux : comparaisons d’intervenants et de patients en relations avec l’état dépressif. Université du Québec à Montréal.
  17. S. Adults confidence in social media very low. (n.d.). Retrieved from http://worldofdtcmarketing.com/u-s-adults-confidence-social-media-low/social-media-and-healthcare/
  18. Van Steenberghe Etienne. (2011, Décembre). Les représentations sociales des liens entre la santé et l’environnement. Vers des pratiques éducatives appropriées en matière de santé environnementale auprès de populations défavorisées en milieu urbain. Université du Québec à Montréal en cotutelle avec Université Catholique de Louvain.
  19. Venne, M. (2014). Les citoyens, alliés du système de santé. Global Health Promotion, 21(1_suppl), 50–53. https://doi.org/10.1177/1757975913512160
  20. Warden Christopher. (n.d.). 30 Facts & Statistics On Social Media And Healthcare. Retrieved from https://getreferralmd.com/2017/01/30-facts-statistics-on-social-media-and-healthcare/

Digital Humanities [où en est la société numérique ?]

ANALYSE DE TEXTE – CMN5550 / GESTION DES CONNAISSANCES – HIVER 2017, UNIVERSITE D’OTTAWA


https://scholarlykitchen.sspnet.org/2013/12/23/the-future-of-the-scholarly-monograph/http://alex-reid.net/2017/03/what-doeswould-data-rhetoric-look-like.htmlhttp://emergenceofdhbook.tumblr.com/post/59772273737/you-can-now-read-the-introduction-at-the


wordle-1024x627

La science des données existe depuis longtemps. On pourrait dire que ce sont les statistiques et l’informatique.

Une publication du Harvard Business Review proclame” Data Scientist: The Job plus sexy du 21e siècle. “Fondamentalement, les chercheurs de données répondent à un défi reconnaissable. Nous recueillons des quantités croissantes de données. Comment pouvons-nous donner un sens à cela? Et d’un point de vue commercial, comment pouvons-nous le monétiser?”

ob_5678ab_repere-1

Il faut voir la société numérique comme une évolution temporelle : Comment l’expérience de la vie humaine, des communautés, des connaissances que nous avons construites et partagées, de la culture matérielle que nous avons construite et les effets de tout cela sur notre planète ont été façonnés au cours des 500 dernières années ? Par l’infrastructure socio-technologique-informationnelle. Posez la même question sur les 5000 dernières années ? Par l’écriture. Sur les 50 dernières années? Par les ordinateur. Sur les 5 dernières années? Par les “big data”…

Il existe deux types distincts d’infrastructures sociales qui peuvent être construites:

La première encourage l’engagement dans les processus politiques existants: vote, participation aux questions et aux représentants, s’exprimer et parfois organiser. Ce n’est que grâce à un engagement beaucoup plus grand que nous pouvons nous assurer que ces processus politiques reflètent nos valeurs.

La seconde consiste à établir un nouveau processus permettant aux citoyens du monde entier de participer à la prise de décision collective. Notre monde est plus connecté que jamais, et nous faisons face à des problèmes mondiaux qui s’étendent sur les frontières nationales. En tant que plus grande communauté mondiale, Facebook peut explorer des exemples de la façon dont la gouvernance communautaire peut fonctionner à une échelle supra-nationale.

Le cyberspace n’est plus une illusion, c’est devenu notre quotidien. Il est intégré dans la technologie et la culture, il est nôtre. Le cyberespace «fonctionne comme l’endosquelette même de la vie moderne». Le cyberspace a colonisé le monde. La connectivité omniprésente que nous prenons tous pour acquis, et dont nous dépendons de plus en plus, est devenue “notre ici”. Au lieu de construire la réalité virtuelle comme une sphère distincte du monde réel, les médias d’aujourd’hui ont tendance à sortir de la boîte et à superposer les informations virtuelles et les fonctionnalités sur les lieux physiques et les objets réels.L’intégration de la virtualité et de l’actualité peut être qualifiée de réalité mixte. Notre réalité vécue est le résultat de l’interpénétration constante du réseau en ligne et hors ligne. Autrement dit, nous vivons dans une réalité augmentée qui existe à l’intersection de la matérialité et de l’information, de la physicalité et de la numérité, des corps et de la technologie, des atomes et des bits, de l’off et de la ligne.untitled

Un exemple concret des questions qui se posent autour de cette nouvelle manière d’entrevoir la société numérique :

Une publication récente au blog de la Harvard University Press pose la question intrigante, opportune et peut-être inquiétante: «Qu’est-ce qu’un livre scolaire, de niveau universitaire ou collégial?». La publication rêve d’aller vers la voie d’un nouveau genre de livre, mêlant à la fois la tradition universitaire et l’accessibilité grand public. La Harvard University Press tente l’expérience avec 3 livres, sur des sujets qui sont censés intéresser tant les étudiants, le monde académique que le grand public : l’un concerne l’avenir des bibliothèque (…), l’autre les «humanités numériques avec les études médiatiques et l’histoire du design graphique» et le 3ème examine l’éthique de la cartographie dans un environnement d’information hyperlié. Il est intéressant de noter que les trois livres convergent vers des questions de formes de connaissances émergentes et l’avenir des institutions d’apprentissage, qui tendent à gagner du terrain vers un public de plus en plus large.

books

De cette innovation découle une autre question liée au milieu académique et universitaire : quelles sont les nouvelles façons novatrices de créer et de présenter les bourses d’études au monde? Les valeurs traditionnelles et les routines sont bien ancrées dans le monde universitaire, celui-ci est-il prêt à se faire bousculer par l’innovation digitale ?

Access-400x299